C’est à 15 ans que je commence à faire partie de l’élite en jouant pour les Angevins de Bourassa à Saint-Léonard dans le Midget AAA.

Repêchage: 1er choix de l’équipe et 6e choix au global

  J’ai été sélectionné et j’ai joué sur l’équipe d’étoile provincial.

  Exactement un an par la suite, à l’âge de 16 ans, ce qui est le plus jeune âge pour la LHJMQ, j’ai été repêché par les Voltigeurs de Drummondville.

Repêchage: 1er choix de l’équipe et 6e choix au global

  Cette même année, j’ai joué 2 matchs d’exhibition contre les Russes.

  Un an plus tard, à l’âge de 17 ans, j’ai été choisi pour participer au camp de la prestigieuse Équipe Canada après de rigoureuses épreuves physiques de sélection.

  Suite à mes performances, j’ai joué à la partie d’étoile nationale à Hamilton.

  C’est à cette année que j’ai battu 3 records d’équipe encore valides aujourd’hui:

Plus de points en carrière pour un défenseur (230)

Plus de passes à vie pour un défenseur (191)

Plus de passes en une saison pour un défenseur (64)

  C’est lors de la cérémonie officielle de fin de saison de la LHJMQ que j’ai été nominé sur la deuxième équipe d’étoile, représentant les 10 meilleurs joueurs de la ligue.

  C’est après une saison exemplaire que j’ai été repêché par les Canadiens de Montréal.

Repêchage: 9e choix de l’équipe et 185e choix au global

  J’ai subi un grave accident au dos qui m’a obligé à me retirer du feu de l’action.

  Le dépisteur chef des Devils du New Jersey    m’a redonné une chance en m’intégrant au club école des Devils du New Jersey. J’ai donc joué une dizaine de matchs pour les Nashville Knights de la East Coast Hockey League, mais j’ai finalement dû tout abandonner.

Il va de soi que cet échec cuisant a modifié toute ma vie. Il l’a même modifié à un tel point que pendant les 20 années qui suivirent, je me suis tenu loin du hockey. Mais après cette période de punition que je me suis imposé pour ne pas avoir réussi mon rêve de jouer dans la Ligue Nationale de Hockey, je suis finalement revenu au monde du hockey par le biais de l’enseignement.

  C’est donc à l’âge de 41 ans que j’ai postulé et obtenu un poste d’entraîneur pour le Complexe Sportif Guimond.

  C’est suite au succès de mon enseignement technique, de ma mentalité unique et des résultats rapides que mes élèves obtiennent que j’ai eu l’idée et la témérité de partir mon Programme personnalisé à l’âge de 43 ans.

  Suite au succès innatendu de mon porgramme, j’ai obtenu le poste de Directeur Hockey.

  Cette même année, j’ai renoué avec le coaching d’équipe en devenant Coach en chef

du M15 Division 1 pour le Programme Ulysse.

  De plus, je suis ou j’ai été le consultant hockey des équipes suivantes :

Les Cobras de Laval Nord - Calibre Bantam BB

Les Rockets - Calibre AAA 2006

Les SLMN de St-Léonard - Calibre PeeWee BB

Les Rebels de Vaudreuil - Calibre PeeWee

Les Ducs de Delta Laval - Calibre PeeWeeCC

  Et aussi incroyable que cela puisse paraître, j’ai donné, à ce jour, plus de 3000 séances de perfectionnement privé.

  J'inaugure la première école de hockey Eric Tremblay à la Cité du Sport de Terrebonne.

Je suis donc la preuve vivante que l’avenir sourit aux audacieux. Mais en vérité, l’énorme succès que je vis n’est pas le fruit du hasard car si je me réfère à mes années de hockeyeur dans la LHJMQ, j’étais reconnu comme un joueur complet. Encore aujourd’hui, les gens m’abordent pour me parler de ma fameuse bagarre avec Gino Odjick où j’ai sorti gagnant. Ils sont encore plus surpris d’apprendre que cette année-là j’ai eu 246 minutes de punition en plus de battre 3 records d’équipe que je détiens toujours aujourd’hui !

J’ai même terminé l’année avec un différentiel de +52 et j’étais dans le Top 3 des joueurs qui donnaient le plus de mises en échec dans la ligue (ce que mon corps me le rappelle bien aujourd’hui...). J’ai toujours été reconnu pour ma technique exceptionnelle et ma grande agressivité.

Néanmoins, malgré tous ces accomplissements de jeunesse, j’avais une faiblesse de taille. Je n’étais pas prêt mentalement pour jouer dans la LNH. Personne ne m’avait préparé à vivre une telle carrière et j’ai malheureusement collaboré à mettre un terme à mon talent naturel.

Mais il est bien connu que plus l’épreuve est grande, plus les résultats positifs qui en découlent sont grands une fois que nous avons compris nos erreurs. Mon échec de la LNH n’échappe pas à cette règle et m’a permis d’être différent.

En fait, le secret de mon succès et de mon intensité à enseigner s’explique par la partie descendante de ma courbe de carrière. Je m’explique. Quand on vient si près d’atteindre un rêve après de longues années de travail, d’acharnement et de sacrifices, tout ce qu’il nous reste par la suite est la question suivante : «Mais est-ce que j’avais vraiment ce qu’il fallait pour jouer dans la Ligue Nationale de Hockey? ». Et croyez-moi, même après 20 ans, cette question continue de vous hanter.

Qu’est-ce qu’il aurait fallu que je fasse de plus? Est-ce que je me suis conter des menteries toutes ces années? Combien de personnes est-ce que j’ai déçu? etc. Mais la plus grande torture d’un tel échec est que je n’arriverai jamais à me prouver que j’étais assez bon pour jouer dans la Ligue Nationale de Hockey, SAUF si j’aide un jeune à l’atteindre en lui enseignant tout ce que je sais.

Et voilà ce qui me sauve de mes tourments perpétuels : mon souhait intense d’aider le maximum de jeunes hockeyeurs à atteindre leur rêve de jouer dans la LNH et à y rester. Pour moi enseigner le hockey, ce n’est pas seulement une question de gagne-pain, c’est davantage une mission de vie.

Dans ces circonstances, j’en suis venu à la conclusion que je ne pourrai jamais enseigner comme les autres et que cette différence est bonne et même souhaitable. Et j’en suis fier car ce n’est pas tous les joueurs de hockey qui peuvent devenir d’excellents entraîneurs.

Ça peut paraître paradoxal comme cela, mais mon échec c’est vraiment ce qui fait toute la différence dans mon enseignement. Si j’étais devenu un joueur dans la LNH, que je serais devenu millionnaire, que j’avais signé des milliers d’autographes, que j’avais été applaudi par des dizaines de milliers de personnes et vu par des millions de téléspectateurs, je ne pense pas que j’aurais la même intensité à montrer à trois ou quatre jeunes à faire des croisements ou à patiner de reculons.

Je ne veux pas me comparer, mais je dois vous confier que cette explication de mon ardeur et de mon intensité à enseigner le hockey m’a vraiment aidé à me rendre où j’en suis aujourd’hui. Car voilà cinq ans, lorsque j’ai lancé mon programme personnalisé innovateur, j’étais loin d’avoir le nom et la réputation de mes compétiteurs qui avaient fait carrière dans la LNH. Il était facile pour moi de me dévaloriser et d’appréhender que je ne réussirais pas, que personne ne me ferait confiance, mon échec de voilà 20 ans me laissant toujours des doutes sur mes réelles habiletés de hockeyeur.

C’est donc avec humilité que j’ai enfin compris les épreuves de mon passé et avec fierté que je vous propose mes services uniques de :

  • Développeur de talents avec mon programme «Un à un»
  • D'optimiseur de performances d'équipes
  • D'école de hockey

« L’intensité de mon enseignement est ma façon de me pardonner d’avoir abandonné et échoué. Je n’ai aucun temps à perdre. Je sais exactement quoi faire pour atteindre la LNH, chaque croisée, chaque poussée, chaque mise en échec, chaque bataille, chaque mouvement de hanche etc... et je veux me prouver qu’avec tout mon bagage je peux aider des jeunes à réussir là ou j’ai échoué. »

Eric «T-Rex» Tremblay

Développeur de talents

Un vrai « gars » de hockey

Aujourd’hui, je suis fier et privilégié d’avoir l’occasion de me présenter en tant que hockeyeur, entraîneur professionnel et entrepreneur créateur de sa propre école de hockey.

Je dois en venir à l’évidence qu’après une très longue expérience dans le domaine du hockey, j’ai la ferme conviction qu’il n’existe aucune coïncidence. Nous sommes les maîtres de notre existence et nous la dirigeons à travers les épreuves pour bâtir petit à petit qui nous sommes et ce que nous désirons obtenir.

De ce fait, si plusieurs organisations sont intéressés à retenir mes services comme directeur hockey et consultant technique de leur organisation, je le dois à ma longue carrière dans le domaine du hockey, mais surtout aux épreuves qui ont jalonnées mon cheminement professionnel.

Il va donc de soi que pour mieux connaître mes aspirations et ce qui me pousse à exceller dans l’enseignement des techniques du hockey, je me dois de vous partager les faits saillants de ma carrière.

Étant donné que je suis un vrai « gars » de hockey, j’ai la ferme conviction que mon histoire saura vous intéresser par son originalité et les leçons qu’elle m’a inspirée au fil des années.

Pour illustrer les faits saillants de ma carrière, je me servirai du graphique ci-dessous.

©2018 Consultant hockey Eric Tremblay  -  Tout droit réservé